Le bossu (1857) - Paul Féval

Publié le par Sandra

Résumé :

Fin XVII°, le Duc Philippe de Nevers épouse Aurore de Caylus sans le consentement du père de celle-ci et dans le plus grand secret.
 
Quelques années plus tard, le cousin de Nevers, le prince de Gonzague apprend l'existence de ce mariage ainsi que la naissance d'une fille prénommée également Aurore. Jaloux, il organise l'assassinat de Philippe de Nevers en embauchant une vingtaine d'hommes dont les maîtres d'armes Concardasse et Passepoil. Ces derniers ont appris le maniement des armes au jeune Henri de Lagardère qui souhaite se confronter au Duc de Nevers et à sa célèbre botte. Lorsque ses maîtres lui apprennent le nom de celui qu'ils doivent tuer, Henri change de camp et se bat au côté du Duc de Nevers. Un homme masqué tue celui-ci par derrière, lui laissant juste le temps de faire promettre à Henri de protéger sa fille et de lui confier le secret de sa botte. Henri blesse le meurtrier afin de pouvoir le retrouver en lui lançant sa célèbre tirade : " Si tu ne va pas à Lagardère, Lagardère ira à toi ! ".
 
Dix-sept ans plus tard, le prince Philippe de Gonzague a épousé Aurore de Caylus, qui porte toujours le deuil de son mari le Duc de Nevers, et s'apprête à obtenir la succession de Nevers. C'est alors qu'un étrange bossu apparaît dans l'entourage du prince et que des hommes sont retrouvé mort, portant la marque de Nevers.

 

Mon avis :
Comme beaucoup de gens, je connaissais cette histoire que d'après ses différents films et ne savait pas qu'il s'agissait d'adaptations d'un livre. Du coup, dès le début de ma lecture, un détail m'a perturbé. J'ai fini par comprendre que Paul Féval avait donné le même prénom à la mère, veuve de Nevers, et à la fille.
La rencontre de Lagardère et du Duc de Nevers est également différente du livre aux adaptations mais cela, je vous laisse la découvrir.

 

 

 

 

 La 1ère version cinématographique que je connaisse date de 1960, Le bossu d'André Hunebelle avec Jean Marais (Lagardère, le bossu) et Bourvil (Passepoil).

 

Depuis, le rôle de Lagardère a été joué par Daniel Auteuil en 1997, et dans un téléfilm par Bruno Wolkowitch en 2003.

Pour la petite histoire, présentation de l'auteur, Paul Féval, souvent confondu avec son fils prénommé également Paul qui a réussi à "surfer sur la vague du bossu".

"Deux auteurs se sont partagé le nom de Paul Féval : à Paul Féval père - le plus fameux - on doit Les mystères de Londres (roman-feuilleton inspiré des Mystères de Paris d'Eugène Sue), le loup blanc (récit fantastique puisant dans le folklore breton), Les habits noirs, autre roman-feuilleton qui narre les exploits d'une bande de malfrats et surtout Le bossu (1857), première des nombreuses aventures de Lagardère.
 
A Paul Féval fils, on doit un grand nombre de récits de cape et d'épée, de qualité très inégale, mais rarement exceptionnelle. Paul Féval fils a su en particulier exploiter les personnages de ses aînés pour leur faire vivre de nouvelles aventures : on lui doit ainsi la suite des aventures du Bossu : La jeunesse du Bossu (1934), Cocardasse et Passepoil (1909), Les Chevauchées de Lagardère (1909), Le Fils de Lagardère (1893, avec A. d'Orsay), Les Jumeaux de Nevers (1895, avec A. d'Orsay), Mademoiselle de Lagardère (1929), La petite fille du Bossu (1931). Il transforme ainsi en dynastie le nom de Pardaillan, en même temps qu'il tente de fonder une dynastie de plume. "
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Emilie 11/08/2008 17:29

Ce roman est purement et simplement génial, c'est peut-être mon préféré ! Et enfin, enfin, quelqu'un qui le connaît, c'est jubilatoire ! (d'habitude quand je parle du Bossu on me répond "Le Bossu de Notre-Dame ?" -_-')

Sandra 03/09/2008 22:07



Les films ciné m'ont fait découvrir le Bossu et Lagardère avec Jean Marais. Un régal !



Romanza 05/04/2008 13:20

ça fait un bout de temps que je veux le lire celui-là!

lit-et-rature 04/08/2007 15:59

tient, ce livre fait partie de mes vieilles lectures, j'ai beaucoup aimé, la suite aussi d'ailleurs, j'ai voulu le lire aprés avoir vus les adaptations au cinéma, je n'ai pas vraiment été décue, c'était un bon livre de cape et épée